Le projet associatif de l'Institut

Sommaire de la page :

 

Notre philosophie

 

L’Institut Français pour la Justice Restaurative (IFJR) conçoit ses actions comme étant au service des professionnels, des enseignants et des chercheurs, menant ou non des missions de Justice restaurative, au bénéfice des victimes, des infracteurs, de leurs proches et de l’ensemble des personnes concernées par les conséquences directes du conflit de nature infractionnelle et par ses répercussions. Dans cette perspective, les missions de l’I.F.J.R. participent d’une finalité globale de professionnalisation et d’optimisation des processus et pratiques en vue d’une adaptation fine aux besoins et attentes des justiciables, à l’égard du système de justice pénale mais aussi à l’égard de tout processus informel de justice. L’ensemble de nos actions est inspiré par la philosophie d’une action respectueuse de l’humain, centrée sur la personne, dans le souci d’une parité aboutie et d’une laïcité revendiquée, tournée vers la restauration de l’harmonie sociale.

L’Institut a pour volonté de favoriser l’intégration des mesures de Justice restaurative au sein du système de justice pénale et de soutenir le développement de toute forme de traitement réparateur des conflits. À cette fin, il met en œuvre une large coopération avec l’ensemble des acteurs de la chaîne pénale et sociale. Les actions mises en œuvre auprès des justiciables sont assurées, depuis plus de 30 ans, par des professionnels dévoués et compétents des secteurs de l’aide aux victimes et de l’action socio-judiciaire et parajudiciaire. Les professionnels de la justice (magistrats, avocats, policiers et gendarmes principalement), au regard de leurs missions, partagent ce souci d’une réponse humaine adaptée aux besoins des justiciables, globale et intégrée. Nous avons la conviction que la Justice restaurative  participe à la réussite de leurs missions.

La crise que traverse le système de justice pénale ces dernières années (instrumentalisation  des victimes, sur-pénalisation des infracteurs, cristallisation de la réponse pénale sur la solution carcérale, manque de moyens nécessaires à la mise en œuvre des missions de service public directes ou déléguées, politiques pénales du résultat) a pour principal résultat l’insatisfaction des justiciables à son égard mais aussi, parfois, celle des professionnels de la justice, dont les activités et missions sont sans cesse questionnées tandis que leurs points de vue sont rarement pris en compte.

La Justice restaurative est une réponse à ces attentes. Les évaluations disponibles à l’étranger (sur la plupart des continents) confirment les résultats embryonnaires des études réalisées en France. La Justice restaurative est de nature à répondre aux besoins de tous les justiciables, de manière très concrète et équitable. Elle permet encore aux professionnels de la justice de se recentrer sur leurs missions essentielles et de les mettre en œuvre dans un climat humain et apaisé, dans le cadre d’un partenariat réellement éclairé.

 

Nos principaux objectifs

 

1) L’Institut Français pour la Justice Restaurative a pour finalité première le partage des connaissances disponibles. Depuis une quarantaine d’années, la Justice restaurative s’est considérablement étoffée, tant en termes d’expériences évaluées, qu’en termes de programmes novateurs. Nous souhaitons mettre ces connaissances, récoltées dans le cadre de nos recherches et avec l’aide de nos partenaires du monde entier, à la disposition des professionnels.

2) En France, ces connaissances nécessitent toutefois une adaptation au système de justice pénale français rendant indispensable l’implication des praticiens. L’ensemble de nos actions s’inscrit donc dans une démarche consistant en une collaboration étroite entre chercheurs et praticiens. Elle se caractérise par la concertation suivant un « va-et-vient » permanent entre le terrain et la recherche. Elle est particulièrement propice à l’accompagnement et à l’évaluation des programmes développés.

3) Forts des expériences inspirées de l’étranger et adaptées au système français, l’Institut a vocation à proposer des formations dans l’ensemble des domaines de la Justice restaurative. Dispensées au service de la professionnalisation des intervenants, dans la perspective d’une action toujours plus performante auprès des victimes et des infracteurs, elles allient de solides connaissances techniques et pratiques aux soubassements théoriques et scientifiques, indispensables à leur mise en œuvre dans un cadre éthique, sécurisant  et adapté aux attentes et besoins des justiciables.

 

Nos missions

 

Ces objectifs trouvent leur accomplissement à travers la mise en œuvre de quatre principales  missions concrètes remplissant, chacune, de manière simultanée, l’ensemble de nos objectifs. Le site internet dédié à l’Institut constitue alors une plate-forme de communication, d’échanges, de vulgarisation, de diffusion de la pensée et des pratiques restauratives.

1) L’affirmation des principes fondateurs de la Justice restaurative constitue notre première mission, des points de vue théoriques et pratiques, en totale transdiciplinarité. Définir ses conditions de mises en œuvre, présenter les mesures qu’elle promeut, afficher les protocoles évalués scientifiquement apparaît en ce sens essentiel pour que se développent partout en France les bonnes pratiques. Savoir de la même manière ce que la Justice restaurative « n’est pas » devra conduire à la prudence ses potentiels promoteurs.

2) Les « Conférences de concertation » consistent en un programme de consultation nationale sur un thème fort, faisant l’actualité de la Justice restaurative ou suscitant des interrogations sur les pratiques. Elles ont vocation à ouvrir un espace de discussion accessible à tous. Nous favoriserons l’expression de tous les points de vue, y compris dans la contradiction, suivant un objectif de compréhension mutuelle, sans uniformisation des idées exprimées.

3) Un « observatoire des pratiques » viendra compléter les apports des Conférences de concertation. Cet observatoire a vocation à favoriser l’affichage des pratiques innovantes en matière de Justice restaurative. L’évaluation des pratiques est désormais une condition sine qua non au soutien des programmes par les pouvoirs publics. Notre action vise à fournir une évaluation des bonnes pratiques de Justice restaurative aux organisations promotrices de ces programmes, conformément à notre démarche de recherche-action.

4) L’accompagnement des projets de Justice restaurative est également une activité forte de l’Institut. L’institut se place alors en position de partenaire, afin de proposer un accompagnement à leurs maîtres d’œuvre, afin de favoriser des rapprochements techniques, des liens partenariaux et des soutiens divers.

I.F.J.R, BP 70131, 64001 PAU CEDEX 01