Les animateurs de mesures de Justice restaurative

Sommaire de la page :

 

Le rôle de l’animateur

 

L’animateur assure le bon déroulement des échanges et la circulation effective de la parole entre tous. Il veille à ce que la rencontre se réalise dans des conditions de sécurité adaptées. Garant du cadre de la mesure, il s’assure que le dialogue soit respectueux de la dignité de tous et que chacun ait un égal accès à la prise de parole.

Au début de la mesure, l'animateur s'assure que le recours à une mesure de justice restaurative est envisageable, notamment au regard des conditions d'un tel recours et des capacités des personnes à s'investir pleinement dans le processus, en recueillant leur accord formel.

Il prépare ensuite les participants à se rencontrer, en proposant des entretiens individuels à chacun. Cette préparation vise à permettre à ces personnes d'anticiper la rencontre et d'envisager, par elles-mêmes, leur capacité à participer, déterminer leur désir de s’y investir. 

Il anime la rencontre plénière, en favorisant l'instauration d'un dialogue au cours duquel les personnes qui y participent pourront librement échanger et obtenir, directement de l'autre, les réponses à leurs questions et exprimer leurs ressentis consécutifs à l'infraction et à ses répercussions.

Lorsqu’une mesure de justice restaurative le permet, après que les participants ont élaboré un accord restauratif, il en récapitule les conditions élaborées en commun par les intéressés et en supervise l’exécution.

Selon les mesures, l’animation de celles-ci peut être réalisée en binôme, avec le souci d’une représentation équilibrée en termes de genre et d’âge notamment.

 

La déontologie de l’animateur

 

Par définition, la mission de l’animateur  est marquée du sceau de la neutralité, de la bienveillance et de l’impartialité, conformément aux principes rappelés dans le code de déontologie de l’IFJR. Il ne se positionne en tant que tel ni du côté de la victime, ni de celui de l’infracteur. Il veille bien plus pertinemment à la satisfaction des besoins de tous et  se garde de tout jugement de valeur lors des échanges.

Les termes de l’accord qu’il validera, ou fera valider par le juge, seront d’autant plus librement et volontairement acceptés par les parties en présence qu’ils émaneront de leur volonté même, le point de vue de chacun ayant été écouté, entendu, compris et considéré.

La réparation, au sens large, doit être équitable, proportionnée et adaptée au dommage réellement causé, évalué collectivement en fonction des besoins de la victime.

 

Les compétences de l’animateur

 

L’animateur peut être, selon les mesures, un professionnel salarié d’une structure ou un bénévole. Dans tous les cas, l’animateur d’une mesure de justice restaurative doit y être spécifiquement formé.

Plus généralement, il doit posséder de réelles connaissances sur les partenaires et institutions en lien avec le programme de justice restaurative dans le cadre duquel il intervient.

I.F.J.R, BP 70131, 64001 PAU CEDEX 01